samedi 05 décembre La mairieQuotidienServices au publicContactez-nous


Ile de Groix
Ile de Groix > Services au public > Maison de la réserve > Archives réserve naturelle

Réunion de travail Natura 2000 à Groix : Bilan des suivis botaniques, mise à jour de la cartographie de l’île et projet d’éco-pastoralisme sur la Réserve




Lundi 23 janvier, l’équipe de la Réserve Naturelle a présenté le bilan des suivis botaniques réalisés dans le cadre de Natura 2000 devant les chargées de mission Natura 2000 de Cap l’Orient et des botanistes de Brest et de Rennes.

Ces suivis montrent une remise en place progressive des espèces caractéristiques des pelouses depuis la mise en défens du Trou de l’Enfer en 2006.

15 à 25% de la surface des carrés est maintenant recouverte pour un pourcentage de moins de 5 % au départ.

La banque de graines enfouies dans sol des pelouses du Stang Ar Marc’h a permis également une bonne re-colonisation du site après l’arrachage des griffes de sorcière en 2009.

Cependant celles-ci repoussent et un chantier d’arrachage est à prévoir en 2012. La lande incendiée en août 2006, entre Ker Béthanie et Locqueltas, a retrouvé son état initial.

Les zones à fougère aigle ont été les premières à reverdir dès l’année suivante, leurs tiges souterraines n’ayant pas pâti de l’incendie.

Une petite mousse, Funaria hydrometrica, s’est d’abord installée la première année sur la lande incendiée, puis un cortège d’herbacées avant de céder leur place principalement aux ajoncs, dès la troisième année.

Les suivis de des pelouses et de la lande du bord de mer entre Pen Men et Port saint Nicolas montrent la stabilité de la végétation dans ce secteur.

Ce qui n’est pas le cas de la lande située un plus à l’intérieur des terres vers Pen Men, le vent et les embruns ne limitant plus la pousse des ajoncs, ceux-ci finissent par étouffer les bruyères.

L’abattage d’une trentaine de pins fin 2011 et la fauche des ajoncs devrait permettre de retrouver une belle lande à bruyères vagabonde et cendrée, habitat d’intérêt européen. Typhaine Delatouche a ensuite demandé l’avis des botanistes présents concernant la mise à jour de la cartographie des milieux naturels de l’île.

En effet, l’affectation des terrains sera ensuite déterminante quant à leur devenir, les habitas d’intérêt communautaire restant en zones naturelles et les autres parcelles devenant cultivables.

Enfin, la réunion s’est terminée sur le terrain où les botanistes ont donné un avis favorable à l’installation d’un troupeau d’une vingtaine de moutons « landes de Bretagne » sur trois hectares de lande à ajonc et fougère aigle situés au pied du sémaphore de Beg Melen.

Cette expérience d’éco-pastoralisme, c’est-à-dire de gestion écologique des espaces naturels par des herbivores issus de races rustiques, a été proposée par l’éleveur Jean-Baptiste Hérissé.

Un suivi botanique sera mis en place afin de suivre l’évolution de la végétation et l’éventuelle augmentation de la biodiversité que ce mode de gestion devrait entraîner avant de procéder à d’autres expériences sur des milieux à valeur patrimoniale plus importante, comme les landes à bruyères. Le but final étant de ne plus devoir faucher la lande tous les 4 à 5 ans, procédé onéreux pour la collectivité.

 

 

 

 
 Ok
Recherche avancée





 

 Les anciens bulletins municipaux





Ajouter
ActualitésPlan du siteMentions légales / Credits