vendredi 22 septembre La mairieQuotidienServices au publicContactez-nous


Ile de Groix
Ile de Groix > Quotidien > Ecologie

Qualité des euax de baignade à Groix : les résultats


Pour consulter le document complet, cliquer sur l'image ci-dessous...

 



Interdiction de brûlage : les modalité de gestion




Suite à la circulaire du 18 novembre 2011 relative à l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts, nous vous rappelons les modalités de gestion de cette pratique.

Les déchets dits verts, éléments issus de la tonte de pelouses, de la taille de haies et d’arbustes, d’élagages, de débroussaillement et autres pratiques similaires constituent des déchets quel qu’en soit le mode d’élimination ou de valorisation.

S’ils sont produits par des ménages, ces déchets constituent alors des déchets ménagers. L’annexe II de l’article R.541-8 du Code de l’Environnement, établissant la liste des déchets, précise que : "les déchets biodégradables de jardins et de parcs relèvent de la catégorie des déchets municipaux, entendus comme déchets ménagers et assimilés".

En conséquence, dès lors que les déchets verts, qu’ils soient produits par les ménages ou par les collectivités territoriales, peuvent relever de la catégorie des déchets ménagers et assimilés, le brûlage en est interdit en vertu des dispositions de l’article 84 du Règlement Sanitaire Départemental.

Les entreprises d’espaces verts et paysagistes sont par ailleurs tenus d’éliminer leurs déchets verts par des voies respectueuses de l’environnement et de la réglementation (par broyage sur place, par apport en déchèterie, ou par valorisation directe.

Elles ne doivent pas les brûler. Il convient également de rappeler que l’article L.541-21-1 du Code de l’Environnement oblige les personnes qui produisent une quantité importante de bio-déchets à en assurer la valorisation, à compter du 1er janvier 2012, ce qui exclut toute élimination de leurs déchets par brûlage.

La pratique du brûlage à l’air libre des déchets verts des particuliers et des professionnels est donc interdite.

Pour avoir plus d'informations, consulter le document repère ci-contre, en cliquant sur l'image.


Opération nettoyage des plages du samedi 24 mars : un soleil radieux et une belle motivation pour une bonne cause




Samedi 24 mars 2012, la municipalité organisait une matinée « nettoyage des plages de l'Ile de Groix ».

Une opération qui s'inscrivait dans le cadre de l'événement européen « Initiatives Océanes » coordonné par Surfrider Foundation.

« Soyez fiers ! » disait l'affiche de cette 17ème édition des Initiatives Océanes. C'est effectivement fières mais surtout motivées que douze personnes, munies de gants et de sacs poubelles se sont attelées au nettoyage de 6 plages de l'Ile de Groix : Porh Koustic, la Pointe des Chats, Locmaria, Port Saint-Nicolas, Porh Hor et la côte d'Héno.

Après deux heures de nettoyage sous un soleil radieux, les participants se sont retrouvés à Locmaria, autour de la remorque déposée par les services techniques de la commune, pour faire le bilan de ce qu'ils avaient ramassé.

Toutes sortes de déchets ont été collectés : verre, morceaux de filets, papiers, mégots... et surtout du plastique ! Un déchet qui cette année faisait l'objet d'une attention particulière car, face à l'invasion de nos mers et océans par les déchets plastiques, Surfrider Foundation avait décidé que les Initiatives Océanes 2012 relaieraient le message de la campagne « Rise Above Plastics ».

L'objectif était de sensibiliser le grand public mais aussi les producteurs d'emballage à l'impact de leur consommation / production sur nos espaces naturels littoraux.

Devant la dizaine de sacs remplis, Catherine Robert, garde de la Réserve Naturelle, a néanmoins fait remarquer la baisse significative des quantités de déchets ramassés sur les plages depuis quelques années.

Un signe encourageant qui témoigne du changement progressif de nos comportements et qui méritent d'être poursuivis pour préserver la beauté et l'équilibre écologique de nos côtes.

Les Initiatives Océanes permettent également de mettre un coup de projecteur et de saluer le travail réalisé toute l'année par les équipes des Chantiers Nature et de la Réserve Naturelle qui régulièrement nettoient les plages de l'île.

Un travail auquel chacun peut contribuer à l'occasion d'une balade sur les plages de Groix.

 

 

 

Eoliennes flottantes : un site d'essai au large de Groix



Le principe de l’installation d’éoliennes en mer dans le secteur Groix-Belle Île est à l’étude depuis une dizaine d’années.

La mer étant restée un domaine stratégique contrôlé par l’Etat, les investisseurs n’ont pu mener, jusqu’à présent aucun projet de ce type pour deux principales raisons :

1) La zone de tire de l’ancien GERBAM, site d’essai de l’aéronavale est située dans ce secteur et le radar de Lann Bihoué serait perturbé par la présence d’éoliennes dans un rayon de plusieurs kilomètres (des éoliennes terrestres poseraient les mêmes problèmes).

2) Jusqu’à présent la technologie des éoliennes en mer (« offshore ») se limitait aux éoliennes plantées sur le fond marin. Les profondeurs techniquement atteignables étaient d’environ 40 mètres au maximum, fonds que l’on trouve relativement près des côtes.

De nouvelles technologies sont apparues utilisant des éoliennes flottantes, ancrées sur le fond comme un navire par de longs filins.

Cette technique est très prometteuse car elle permet d’installer des éoliennes par des fonds de plus de cent mètres donc beaucoup plus éloignés des côtes et là où le vent est quasi permanent en Bretagne.

L’éloignement oblige à relier la côte par des câbles électriques sous-marins beaucoup plus longs mais il génère beaucoup moins de conflits d’usage que sur le plateau continental (pêche et plaisance en particulier).

En 2009 sont lancées les concertations du « Grenelle de la Mer », en juillet de la même année est fait mention d’une « Plateforme Technologique Nationale des Energies Marines Renouvelables » par le Président de la République, et en décembre, le 1er Ministre désigne IFREMER pour coordonner à Brest, la plateforme des énergies marines.

En septembre 2010 : « France Energie Marines » répond à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’Etat pour les « Instituts d’Excellence dans le domaine des énergies décarbonées ».

Brest est évidemment candidat.

Plusieurs sites pour mener des essais d’éolien flottant sont alors proposés en France: Ouessant, Audierne, Groix, Belle Île, Le Croisic et Fos-Sur-Mer.

Le 4 janvier dernier l’Etat déclare mettre 14 millions d’euros sur la table lors d’une conférence de presse à Lorient.

Etaient présents tous les élus et entreprises associées à cette étude pour la recherche d’un site d’essai d’éolien flottant.

Le Président de Région, Jean Yves Le Drian, a rappelé comment le site de Groix pouvait s’inscrire dans la stratégie bretonne de déploiement des énergies marines avec les hydroliennes de Bréhat et l’éolien planté en baie de saint Brieuc.

Les représentants bretons ont été unanimes pour soutenir le site de Groix, situé à 6 milles marins au sud de l’île pour mettre en place entre un et trois « démonstrateurs ».

Il est remarquable que la Préfecture Maritime semble soutenir ce site qui se trouve en dehors des zones de tir et de perturbation des radars de Lann Bihoué.

Olivier Le Nezet, Président du Comité des Pêches de Lorient a émis un avis favorable et souligné toutes les opportunités techniques et financières du projet qui s’élabore en concertation étroite avec les pêcheurs locaux.

Ce projet, porté par la société lorientaise Nass & Wind (50 salariés) à la tête d'un solide consortium de cinq partenaires (DCNS, Saipem, Ifremer, Ensta Bretagne et In Vivo), ambitionne de devenir la tête de pont de la filière française.

Le choix du site n’est pas encore été tranché.

Aujourd’hui il semble bien que le meilleur site breton : Groix reste en compétition avec le seul site méditerranéen : Fos-Sur-Mer.

La décision devra être prise au début de l’année 2011.

 

 

 

 

 

 

 

Attestation de dégâts causés par la faune sauvage




La Préfecture du Morbihan met à disposition des administrés une attestation des dégâts causés par la faune.

Cette attestaion est à remplir par chaque personne se trouvant face à une espèce animale responsable de la dégradation de  faune locale.

Pour télécharger ce formulaire, cliquer ici.

 

 

 

 

Collecte des emballages



En 2010, les jours pour la collecte des emballages reste inchangés :

- petite tournée (secteur Locmaria, Port Mélite, Quéhello) : mercredi des semaines impaires ;

- Grande tournée (bourg + Nord-Ouest de l'île) : mercredi des semaines paires.

 

Exceptionnellement, la grande tournée sera collectée le 7 janvier.

 

Petite tournée :
- Mercredi 30 décembre ;

- Mercredi 6 janvier ;

- Mercredi 20 janvier ;

...

 

Grande tournée :

- Jeudi 7 janvier ;

- Mercredi 13 janvier ;

- Mercredi 27 janvier ;

...

 



Plages de Groix, plages propres ou plages mortes ?



La présence des algues sur quelques plages de Groix sollicite bon nombre de questionnements, notamment sur leur nettoyage.

C'est pourquoi la municipalité a installé deux panneaux d'information, l'un à Port Mélite et l'autre à locmaria, exposant les risques du nettoyage mécanique, et les conséquences, parfois désastreuses sur les espèces animales et végétales.

En parallèle, des prospectus ont été déposés à la mairie, l'Office du Tourisme ainsi qu'à la réserve naturelle.

Consulter le panneau ici

 

 

 

 

 

 

 

Natura 2000 : quatre sites de Groix réhabilités


Voir la revue de presse

PLAGES PROPRES OU PLAGES MORTES ?


Les consignes des ministères sont claires : nettoyer les plages demande une bonne connaissance de la réglementation en vigueur et des éventuelles conséquences environnementales. Les effets de telle ou telle technique peuvent induire des nuisances directes ou indirectes sur les habitats naturels, la faune et la flore sauvage, la sédimentologie, etc.

En ce sens, si le nettoyage mécanisé (par ailleurs soumis à autorisation préfectorale) peut éventuellement être toléré sur un secteur à forte pression balnéaire, il est à proscrire
sur toutes les autres plages. En effet, les machines utilisées : ratisseuses ou cribleuses ne permettent pas de séparer "laisse de mer" naturelle et macrodéchets, ni même de trier ces macrodéchets.

Or le nettoyage mécanisé fait sensation sur les grandes surfaces, il laisse une plage "à l’esthétisme irréprochable” même s’il n’y reste plus trace de vie. La manoeuvre supprime la totalité de la laisse de mer, y compris les coquillages et la végétation de haut de plage et empêche une bonne fixation du sable à cause des retournements répétés. En proposant un sable “propre” aux estivants, les communes risquent, à moyen terme, d’accélérer l’érosion du trait de côte et de connaître un problème autrement plus grave.




Pour ne pas décevoir les touristes, les élus des communes littorales ont désormais recours à des techniques de nettoyage de plus en plus mécanisées : ratissage, criblage, tamisage, ramassage... Face à cette éradication du déchet, quelques communes prennent le contre-pied en tentant de réhabiliter les débris naturels (algues, bois flotté...) qui assurent le maintien de la biodiversité et à long terme l’avenir écologique des espaces côtiers. Une étude menée par le Conservatoire du littoral analyse ces nouvelles représentations sociales du propre et du sale qui nous éloignent progressivement de la nature.
Si tout le monde s’accorde sur la nécessité d’éliminer les déchets d’origine humaine, les débris naturels, loin de dégrader l’environnement, contribuent à l’équilibre naturel des plages. Ils sont à la base d’une chaîne alimentaire qui va des invertébrés aux oiseaux.


« Trop de communes connaissent une dérive hygiéniste en pratiquant un nettoyage mécanique et intensif des plages. Ces pratiques modifient progressivement la structure des plages et arrière-plages jusqu’à voir s’appauvrir ou disparaître "certains écosystèmes littoraux. " (Communication du Conservatoire du Littoral)
A Groix nous tentons de mettre en place une politique raisonnée :
Le ramassage des macro-déchets est assurée par l’équipe « espaces naturels », et les services techniques nettoient en respectant le milieu:


Il ne servirait à rien de nettoyer des centaines de tonnes de goémon avec des coefficients de marée croissants :les semaines suivantes la mer remporte 90% de ce qu’elle a amené. De même il est parfaitement contre-productif de vouloir nettoyer en période de grandes marées d’avant et arrière saison car les algues reviennent à tous les coups. Qu’on cesse de dire que les plages sont nettoyées seulement pour les touristes : le bon sens commande de les nettoyer lors des périodes de petits coefficients de marée, ce qui est le cas en été. C’est plus écologique, plus efficace et en plus l’eau est plus chaude !

 


Il est loin le temps où le goémon était considéré commeune richesse, il deviendrait presque nuisible ! Alors quand la vue ou l’odeur d’une plage vous paraîtra choquante, avant de venir directement à la mairie, songez que la Nature n’est pas toujours telle qu’on la voudrait, et qu’il faut connaître et respecter ses équilibres secrets, si on veut Le nettoyage mécanisé, soumis à autorisation préfectorale, la préserver.

 
 Ok
Recherche avancée





 

 Les anciens bulletins municipaux





Ajouter
ActualitésPlan du siteMentions légales / Credits